STATISTIQUES SUR LE MARCHE DE L’IMMOBILIER AU CAMEROUN

Le secteur de l’immobilier présente de multiples opportunités d’investissement non seulement dans les villes de Yaoundé et Douala, mais aussi dans les régions, entre autres, du Sud, de l’Est, de l’Adamaoua, où sont localisées les futurs sites d’exploitation du port en eau profonde de Kribi, des mines de fer Mbalam et de Nkout, des mines de Cobalt-Nickel-Manganèse de Nkamouna, de bauxite de Ngaoundal et bien d’autres.

Ces diverses opportunités sont plusieurs types de services à fournir tels que : la mise en place d’agences immobilières pour la gestion de l’investissement locatif, d’entreprises de promotion immobilières pour la construction, la vente, la gestion et la rénovation de logements, de sociétés spécialisées en aménagements intérieurs, espaces loisirs et autres, et aussi la mise en place de cabinets de syndics de copropriété.

Nature du marché

D’après le rapport sur les comptes nationaux 2013 de l’institut national des statistiques (INS) du Cameroun, la part de l’immobilier dans le PIB représente plus de 2 milliards d’euros, soit un peu plus de 9%, ce qui fait apparaître l’importante part de l’immobilier et l’opportunité d’investissement dans ce secteur d’activité.

80 milliards d’euros pour l’ensemble du territoire camerounais dont près 40 milliards pour les seules villes de Douala et Yaoundé.
Avec un taux d’urbanisation global de 52% et d’environ respectivement 75% et 96% dans les régions du Centre et du Littoral, la demande de logement au Cameroun est estimée à 100 000 logements par an d’après le cimentier LAFARGE CAMEROUN.
Le besoin cumulé global est de 1,6 millions de logements sur le territoire national dont 800 000 logements pour les villes de Yaoundé la capitale politique et Douala la capitale économique.

Selon l’étude réalisée en 2011 par l’ONG locale « Actions solidaires de soutien aux organisations et d'appui aux libertés », seules 2 demandes de logement sur près de 100 reçoivent une réponse satisfaisante du marché de l’immobilier.
La croissance du marché de l’immobilier au Cameroun est impulsée par une forte démographie urbaine et par le besoin des camerounais résidents à l’étranger désireux d’acquérir une résidence secondaire dans leur pays d’origine.
La demande en logement peut être scindée en deux catégories, selon la localisation des potentiels acquéreurs d’un logement. On aura donc les potentiels acquéreurs de la diaspora et ceux se trouvant au Cameroun. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *