STATISTIQUES SUR LE SECTEUR BRASSICOLE AU CAMEROUN

I. Principaux chiffres
       Le secteur brassicole au Cameroun a enregistré une nette progression dans les ventes en 2016. Les ventes globales de bière au Cameroun en 2016 ont été estimées à 6 500 000 hectolitres (importations comprises), soit une baisse de 0,6% par rapport à 2015 où les ventes étaient de l’ordre de 6 600 000 hectolitres. Cette baisse s’explique par le contexte économique et social qu’a connu le pays en 2016.
A la date actuelle, le marché de la bière est dominé par la SABC qui détient 78,0% des parts des marchés, Guinness Cameroun (14,5%) et l’Union camerounaise de brasseries (UCB) 7,2%. Toutefois, pour la même année, les ventes de Bières de la SABC hors gratuits et hors export, s’élèvent à 4 840 200 hl, en baisse de 5,2% par rapport à 2015. Guinness Cameroun par contre a réalisé en 2016 une progression de 12%, avec des volumes estimés à 943 000 hl (94,3 millions de litres). UCB a aussi vu ses volumes progresser en 2016 avec une croissance de 8,6%.
Au Cameroun, Le marché global des Boissons gazeuses en 2016 a été estimé à 3 742 022 hl, soit une baisse de 4,6% par rapport à 2015. Le marché reste fortement tiré à la hausse par le PET et son format phare le 100 cl généralement vendu à 500 F.CFA. Le marché global de l’eau embouteillée en 2016 a été estimé à plus de 2 200 000 hl, toujours en forte croissance par rapport à 2015 (+32.6 %). L’année a été marquée par une sévère concurrence sur les prix.
Le sous marché de la distribution dont l’activité dépend du marché principal a également connu une tendance similaire à celle du marché de la production, dans la mesure où l’activité de ce sous de secteur en dépend ; on note tout de même en 2016, une augmentation du nombre d’intervenants renforçant de ce fait la concurrence. Il convient de signaler ici que chaque société brassicole a sa propre chaîne de distribution, qui varie selon la stratégie et les objectifs de l’entreprise.
II. Les principaux acteurs
Lorsque nous parlons des acteurs du marché du marché brassicole au Cameroun, il s’agit notamment des principales entreprises qui opèrent dans ce secteur ce notamment les importateurs, les producteurs et les distributeurs.
Il est difficile de déterminer avec exactitude le nombre d’entreprises exerçant dans le secteur en tant qu’importateurs et produisant ou important des emballages plastiques conforme à la règlementation camerounaise. Néanmoins, le rapport de l’Institut National de la Statique de 2012 sur les entreprises camerounaises révèle que 11 entreprises sont enregistrées auprès des autorités comme producteurs dans l’industrie de la boisson. Dans ce sens, on dénombre les entreprises suivantes : African Distilline Company (ADIC) ; First African Company (FACSA) ; Guiness Cameroun S.A (GCSA) ; Le Roussillion SARL ; Reddy Global Industries LTD ; La Société Anonyme des Brasseries du Cameroun (SABC) ; La Société Camerounaise des Fermentations (FERMENCAM) ; La Société des Eaux Minérales du Cameroun (SEMC) ; La Société d’Exploitation Vinicole ; L’Union Camerounaise des Brasseries ; Sources du Pays S.A (SUPERMONT).
A. Les fournisseurs
Les boissons alcoolisées et les boissons gazeuses communément appelés « jus » sont fait à partir d’intrants dont la matière première provient exclusivement de l’étranger. Ainsi, les informations sur les fournisseurs de matières premières restent difficiles à obtenir. La plupart des sociétés brassicoles en activité au Cameroun produisent d’ailleurs sous licence des marques déjà ailleurs.
En effet, les entreprises du secteur exerçant dans la production et l’importation boissons alcoolisées et gazeuses divulguent très peu leurs informations sur les fournisseurs. Ceci pour garder leur avantage concurrentiel et leur pouvoir de négociation.
Il est aussi à noter que certains constituants de la matière première sont fournis par le marché local, à l’instar du maïs, mais les quantités ne sont pas toujours suffisantes, ce qui nécessite l’importation du complément.
B. Clients
Les clients du marché de l’industrie de la boisson sont de plusieurs ordres selon le niveau auquel on se situe dans la chaine de valeur des produits de l’industrie brassicole.
Ainsi, au tout début de la chaine de valeur, nous avons des importateurs d’intrants de produits brassicoles (bières, boissons gazeuses, spiritueux, vins, etc…) qui auront pour clients : les entreprises productrices de produits brassicoles (que nous avons cité plus haut) et ceux-ci auront à leur tour pour clients :
Au niveau national, les principales entreprises « producteurs » de l’industrie brassicole si l’on s’en tient à la production de la bière, des boissons gazeuses sont la SABC, Guiness Cameroun SA et UCB qui détiennent à elles-seules près de 90% des parts de ce marché hautement concurrentiel.
Au niveau International, nous aurons les entreprises de production de spiritueux majoritairement installées en Europe et en Amérique, et qui accordent leurs licences d’exploitation aux entreprises locales.
En ce qui concerne les distributeurs de produits finis, notons que dans ce rang, nous avons tout d’abord les clients à l’export, ensuite, les grossistes (généralement les dépôts) qui les revendent à des détaillants tels des entreprises du secteur de la grande distribution, les mini-dépôts, les snacks et café, et les ventes à emporter qui les revendent à leur tour aux consommateurs finaux ou à certains groupes de consommateurs finaux.
Ainsi donc, à la fin de la chaine de valeur, nous avons les consommateurs finaux qui peuvent souvent être directement en contact avec les producteurs pour certains groupes en l’occurrence les professionnels de l’événementiel ou s’approvisionner via des distributeurs pour d’autres. Dans ce sens chaque entreprise brassicole a sa propre chaîne de distribution qui varie en fonction de sa stratégie et de ses objectifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *